ALJ #04 – A la croisée des mondes

Couverture du premier tome de A la croisée des mondes

Il va être temps de parler de cette trilogie qui a fait fureur à la fin des années 90 et au début des années 2000, je veux bien sûr parler de A la croisée des mondes.

Cette saga en trois tomes de Philip Pullman raconte avant tout l’histoire de Lyra, avec son Daemon qui est une sorte d’alter ego animalier dont on ne peut se séparer dans son monde. Autant ceux des enfants changent constamment de formes, autant ils prennent leur apparence définitive une fois adulte. Elle rencontrera Will dans ses aventures, un garçon de notre monde et époque. Ensemble, ils voyageront de monde en monde.

C’est un peu à ce moment là que les mondes parallèles commencent à devenir populaire. Même s’il n’a pas eu le même succès qu’une collègue, Pullman reste content du succès qu’il a connu.

Il est dit que le Daemon représente la sexualité de l’enfant, mais pour moi c’est beaucoup plus profond que cela : cela représente son identité. Oui bon, l’aspect animalier du Daemon peut représenter le futur désir de pro-créer, mais je pense sincèrement que l’on peut se pencher sur la personnalité plutôt. En effet, sans son caractère, on n’existe pas (mort) ou on est très effacé (zombie). Et tout cela peut être dû à un traumatisme.

De plus, c’est à l’âge adulte qu’on s’affirme, qu’on affirme tout, même la sexualité.

Illustration de John Howe, représentant le royaume des Morts

Ce qui est important dans cette histoire aussi, c’est la religion. On ne peut nier l’Eglise, les Anges, etc, qui sont très présent dans cette trilogie. Pourtant, l’aspect athéisme n’est là que pour montrer la folie d’une religion ou d’une secte. Elle pousse à éviter le péché, et donc d’avoir une sexualité ou une personnalité. Il faut juste suivre les préceptes, point. Et c’est là que Pullman montre l’importance de ne pas les suivre à la règle, car sinon on perd une chose essentiel à nous même : la liberté.

Bon, évidemment quand le film dessus est sorti il y a eut des ravages du côté religieux : genre il faudrait pas le lire comme pour Harry Potter. Pourtant, la volonté de Pullman est de raconter une histoire et non de véhiculer un message anti-chrétien.

Maintenant, parlons du genre : est-ce de la fantasy ou de la science-fiction ? Pour Pullman, ce n’est clairement pas de la fantasy malgré toutes les allures qu’elle a, donc nous allons partir sur de la science-fantasy : les personnages évoluent dans de la science sous diverses formes selon les époques. Et bien évidemment ça ne plaît pas à tout le monde, surtout l’Eglise. Au point qu’elle domine sur la science pour la contrôler. Et même, la science n’est pas forcément bien non plus, et je vous laisse voir ça au tome 3.

Enfin, on pourrait parler longtemps dessus, mais je pense avoir donner les clés pour donner l’envie de le lire (si vous n’êtes pas croyants).

Et voilà la fin de l’article, n’hésitez pas à commentez pour dire ce que vous en avez penser, moi je vous laisse et vous dis plusch !

Image du film A la croisée des mondes : La boussole d’or

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s